Les mots,les paroles, et les gestes,qui......... #25


Nous manquons, nous oublions, nous ignorons des mots, des paroles, les gestes

face aux personnes éprouvées, dans la détresse, dans la tristesse, UN NON DIT

peut aussi apporter un soulagement, un réconfort qu'un mot, une parole pas bien

formulée ou un geste mal placé. Est-ce une maladresse ou c’est juste de

l’égoïsme ?

Il y'a de cela quelques mois j'étais avec ma petite de 5 ans à l'hôpital pour une péritonite. C'était dur pour moi, seule en ce moment-là, entourée des spécialistes d'imaginer

mon bébé avec cette infection.

Comment vous dites docteur ?peri... quoi? PERITONITE .

J’ai demandé une autre explication la plus explicite, plausible et simple

possible;

Une explication qui sera à mon niveau de français. Je ne voulais pas qu'on me parle en "langage des médecins"

J'ai consulté Google en deux deux. Aussi rapidement que j'ai pu, j’avais

une oreille avec les spécialistes et une autre bouchée par les bruits de

mes pleurs,de ma panique que seul mon intérieur entendait.

Mes yeux braqués sur mon téléphone à la recherche de "Google" avec

l'espoir de comprendre ce qui se disait autour de moi.

Ce que je lisais était dur pour une petite de 5 ans, elle avait donc eu très

mal à ce point ma petite de 5 ans?

Avait-elle donc souffert depuis dimanche à ce point ?

C'est une force donc cette petite, et cette idée m'a encore rendu tristement mal.

1."La péritonite est une inflammation du péritoine liée le plus souvent à la diffusion d'une infection abdominale localisée. Son traitement est une urgence chirurgicale."

2. "la péritonite est une maladie grave, dont la mortalité avoisine 10% dans une forme appendiculaire."

3.Les symptômes de la péritonite sont la fièvre, une douleur de ventre importante, un ventre très dur (contracture) et qui résiste à la palpation (défense).

Ainsi que les symptômes de la cause de la péritonite. Une pâleur avec faiblesse intense sont également souvent présents......

Le jour où les douleurs ont commencé, je revenais de mon week-end Paris.J’avais pris mon train très tôt ce matin-là et j'étais arrivée claquée, tête de zombie....

Elle m'avait réclamé m'a dit leur père, elle a passé tout l'avant midi sur

moi comme à nos habitudes, heureusement pour moi, j’avais réussi à

prendre ce train de 6h20 pour Lyon.

Tout commence à 14 heure, mal de ventre mon instinct de mère me dit

que c’est sûrement "une gastro".

Nous allons voir le médecin demain donc lundi....Bichette est restée sur moi et n'a pas pu manger comme il faut.

Drôle de gastro quand même pas de vomissements, encore moins la

diarrhée juste la fièvre et les douleurs du ventre.

Lundi le médecin aussi est parti sur la gastro, vu que je lui ai dit qu'elle avait vomi à 8h30 ( signe de la gastro)

Quelques prescriptions sur ordonnances un tour à la pharmacie, nous

avons repris le chemin de la maison.

Malgré les médicaments, je ne constate aucun changement.

Mardi matin je décide de passer une fois chez le médecin traitant et

celui-ci nous demande d’aller aux urgences avec un courrier qu'elle a

écrit à ses collègues.

Aussitôt arrivées, aussitôt reçues et la petite passe sous antalgiques,

échographie, scanner,... il me restait juste à signer l'autorisation pour

l'opération. (Morale à zéro, je n'avais jamais autant transpiré de ma vie)

La péritonite sur ma fille de 5 ans était juste un cauchemar, un enfant de

5 ans ne devait pas subir l'anesthésie générale, des sondes, des

perforations, des incisions, des perfusions, autant des antibiotiques,ne devait pas souffrir autant ....

J'ai reçu tout ceci sous le visage comme une gifle, les larmes à mes yeux ne coulaient pas, j'avais envie de crier et de pleurer, je n'étais pas énervée mais beaucoup trop triste.

"J'aime qu'on se crie, qu'on se fâche,

qu'on se boude, qu’on s'embrasse,

qu'on se taquine, qu'on rigole,qu'on s'amuse;qu'on s'aime à nos habitudes en ayant une parfaite santé"

Aucune mère ne veut voir ses enfants malades, aucun parents, moins

encore moi.

Après ces événements, j'attendais plutôt ou alors j'espérais juste de mots qui m'encouragent, des paroles, de gestes qui m'apporteront du réconfort .

J'ai vécu le mardi le plus long et le plus horrible de ma vie. Je ne voulais pas que l'on remette en cause mon rôle de maman encore moins que l'on me culpabilise car je me culpabilisais déjà assez.J’avais envie d'un câlin, d'un gros, d’un très gros, de fois ces petites

attentions peuvent faire le plus grand bien à quelqu’un qui est mal.

Dieu merci ma famille aussi loin soit-elle était là, Dieu a mis sur mon chemin aussi de personnes bienveillantes que je ne remercierai jamais assez, je sais que ce n'est le cas de tous.

Les gens pensent parfois bien faire, mais souvent ce n'est pas le moment.

Les réflexions que l'on juge bien pour soi n'en est pas du tout pour d’autres.

Aujourd'hui je sais combien se taire peut être important face à certaines personnes,

vis-à-vis d'une situation quelconque.

Une mère qui a sa fille gravement malade n'attend pas qu'on la blâme,

qu'on la juge, ni qu'on la condamne mais plutôt qu'on la rassure, qu’on

l’encourage avec des paroles bienveillantes, remplies d'espoir et d'amour .

Dites plutôt :

"Dieu est au contrôle"

"Dieu ne va pas vous abandonner"

"Tout va bien se passer"

"Le plus dur est derrière vous"

"Tu es arrivée à temps, ils vont s'occuper d'elle"

"Sois forte, reste confiante"

"Nous sommes là pour toi"

"Ne t'inquiètes pas ça va aller"

Et si vous ne savez ou pouvez pas dire tout ceci: NE DITES RIEN!

Prenez-votre ami dans vos bras ou tenez lui la main en l’écoutant.

Des jugements ou les condamnations ne sont pas les bienvenus dans ce

moment-là.

Pas besoin de dire:

"Comment est-ce des intellectuels comme vous, ce genre des choses

peuvent vous arrivez ?"

"Tu es quel genre de maman?"

"T'aurai dû l'emmener directement aux urgences au lieu de..."

"Comment tu n'as pu ne pas voir?"

Etre dans le jugement n’aide personne surtout pas les parents pour ce

cas précis. Ça peut être pour un enfant, pour un parent ou autre.

Ne soyons pas ou ne donnons pas l’impression d’être de gens parfaits

alors qu’en soit nul n’est parfait.

Je suis bien dans ma peau et malgré ce qui s’est passé je ne me considère pas comme une mauvaise mère, non, je suis une bonne mère pour mes enfants et je n’attends pas de fleurs pour ça.

Je ne suis pas non plus dans le jugement quand j’apprends que ce

genre de choses sont arrivées à quelqu’un, j’essaye plutôt d’être

compréhensive et là pour la personne.》

  

Aujourd'hui Wanney va très bien mais elle nous a bien donné qu'on oubliera sans doute jamais.






Vous aimerez lire aussi

Merci de me laisser un commentaire!

Abonnez-vous!

 

 

 

Me suivre

  • Facebook Social Icon
  • Snapchat Social Icon
  • Icône social Instagram
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now